Home » Articles (français) » Gratuité, illégalité, droits d’auteurs. Panorama des usages d’internet en France. (Hadopi 2014)

Gratuité, illégalité, droits d’auteurs. Panorama des usages d’internet en France. (Hadopi 2014)

logo_site_hadopiDans le cadre de sa mission d’observation, l’Hadopi (Haute Autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur internet) a dévoilé, le lundi 4 août 2014, les chiffres de son cinquième Baromètre “Hadopi, usages de biens culturels sur Internet : pratiques et perception des internautes français“.

Nous apprenons donc que, selon ce Baromètre, 69% des consommateurs interrogés déclarent consommer des produits culturels dématérialisés, en particulier de la musique (43%) et des vidéos (36%). De façon globale, la consommation gratuite l’emporte largement face à la consommation payante, et ce quelque soit le bien concerné. Toutefois, culturellement, par préférence ou habitude, les logiciels et les livres bénéficient encore d’une certaine niche, même s’il est à noter que la consommation de livres numériques a fortement augmenté depuis 2011 (20%).

 

De façon surprenante, seulement 18 % des français utilisant internet le font de manière illicite, le plus souvent pour regarder des films (24%) et des séries télé (26%). Cela ne concerne finalement que très peu la musique (5%) malgré les affirmations et plaintes fréquentes des artistes se sentant “spoliés” par le téléchargement illégal. 55% des internautes français affirment tout de même que le principal avantage de l’offre légale à leurs yeux est le respect des droits d’auteur. Viennent ensuite la sécurité face aux virus (49%) et l’aide aux jeunes artistes (40%). 47% des français tentent d’alterner cependant usage licite et illicite afin d’éviter toute sanction par la loi.

 

La Haute Autorité identifie cinq types de populations selon leurs pratiques de consommation, avec des dénominations pour le moins fantaisistes. Ainsi, les “Numérivores” par exemple, représentant 22% des  internautes, s’illustrent parmi les plus jeunes et les plus avides de technologie, consommant massivement de façon illégale, tant par l’attrait de la gratuité que par habitude/facilité. Les “Passionnés attentifs” quant à eux, sont de grands consommateurs de produits culturels créatifs et ludiques, cherchant tout de même à respecter les droits d’auteur par des moyens légaux. Enfin, fait autrement plus surprenant, près d’un tiers des français (31%) déclarent n’avoir consommé aucune musique, film, série, livre, logiciel etc ces douze derniers mois…

 

Enfin, du point de vue de la sécurité des données personnelles, cette enquête est particulièrement positive et encourageante, en particulier dans le contexte de la campagne menée par l’Union Européenne dans la protection de ces données et le récent arrêt Google Spain[1] relatif au droit à l’oubli numérique. En effet, 84% des internautes ont enfin conscience de la nécessité de sécuriser son accès à internet.

 

 

Brigitte Spiegeler – Solène Hamon

 

[1] CJUE, C-131/12, Google Spain SL, Google inc./ Agencia Espanola de Proteccion de Datos, Mario Costeja Gonzalez, 13 mai 2014