Home » Articles (français) » Un selfie pris par un singe appartient au domaine public

Un selfie pris par un singe appartient au domaine public

singe-selfie

Le selfie qui aura le plus fait parler cet été est attribué à … un singe.  Le bureau du copyright américain a finalement tranché dans l’affaire opposant David Slater, photographe, à la société Wikimedia Commons. Le photographe avait demandé à Wikipédia de retirer de ses articles une de ses photos soi-disant utilisée sans sa permission, récupérée sur Wikimedia Commons, bibliothèque d’images tombées dans le domaine public. La photo en question ? Un selfie pris avec l’appareil de David Slater volé par un macaque en Indonésie en 2011. Lorsque Salter a en effet récupèré son appareil, il a découvert au milieu de dizaines de photos floues et mal cadrées un cliché particulièrement réussi.

Néanmoins, le Bureau du Copyright américain a rejeté la plainte de David Slater et donné raison à Wikipédia dans cette affaire. Dans un rapport publié le 19 aout dernier, le bureau refuse d’accorder le droit de protection de la photo par le droit d’auteur au photographe David Slater pour la simple et bonne raison … qu’il n’est pas l’auteur de ce cliché. La paternité de l’oeuvre ne peut être rattachée au fait que l’appareil photo appartient à Slater. Le bureau affirme sa volonté de ne pas enregistrer de travaux produits par la nature, des animaux ou des plantes[1] , et profite de ce rapport pour produire une liste non exhaustive d’ “oeuvres” ne pouvant être attribuées à l’Homme; et donc ne pouvant être protégées par le droit d’auteur : un mur peint par un éléphant, le motif pris par la peau d’un animal, un branche de bois sculpté par l’océan, le travail attribué à des êtres divins ou surnaturels …

Solène Hamon – Brigitte Spiegeler

[1]Compendium of US Copyright Office Practices, III Edition, United States Copyright Office, Chapitre 300, page 8 : “The Office will not register works produced by nature, animals or plants.”